Depuis quelques années, gamification et pédagogie vont de plus en plus de pair ; proposant un nouveau mode d’apprentissage, à partir de parcours pédagogiques gamifiés.
Le jeu, en plus d’être ludique, facilite l’apprentissage. Si cette affirmation est vraie, il est néanmoins nécessaire de maitrîser les mécaniques du jeu, pour pouvoir par la suite, les transposer à des contenus pédagogiques.

Mais comment définit-on la gamification ? Que peut-elle apporter à la pédagogie ?

La gamification est l’utilisation des concepts de jeux dans une activité.
Les jeux s’appuient sur l’utilisation des émotions et des ressentis du joueur.
Le Serious game (ou jeux sérieux) consiste quant à lui à mettre du contenu utilitaire dans un jeu.

Gilles Brougère (2005), professeur de Sciences de l’éducation à l’Université de Paris XIII et responsable de la spécialité Sciences du Jeu du master Sciences de l’éducation, donne une définition du jeu en cinq critères :

  • la fiction « réelle » (le second degré) : le joueur s’investit réellement dans le jeu, même si celui-ci est fictif
  • la décision du joueur : le joueur décide d’entrer dans le jeu
  • la règle : elle permet de fixer un cadre
  • la frivolité : il n’y a aucune conséquence sur la réalité
  • l’incertitude : on ne sait jamais comment va se dérouler le jeu et comment il va finir.

Ces mécaniques de jeux sont conçues pour favoriser l’engagement des joueurs.
Mihály Csíkszentmihályi parle du Flow pour qualifier cet état de plaisir optimal que l’on ressent lorsque l’on est complètement immergé dans une activité.

Yu-kai Chou est un pionner de la gamification, il intervient à l’Université de Stanford.
Il a créé le modèle Octalysis. Celui-ci renferme les 8 dynamiques de la motivation humaine.
Ce modèle sert d’appui pour analyser et gamifier un contenu pédagogique.

Les 8 dynamiques de la gamification peuvent être énumérées ainsi :

  • le sens épique : le jouer a l’impression de participer à quelque chose de plus grand que lui
  • l’accomplissement : le joueur progresse dans un parcours, développe des compétences, réussit des défis
  • l’acquisition : le joueur a le sentiment de posséder quelque chose (un avatar, des biens virtuels…)
  • la rareté : le joueur veut quelque chose parce qu’il ne peut l’avoir (accès bloqués…)
  • l’évitement : le joueur a peur de perdre (son travail précédent ou que tout soit perdu s’il arrête le jeu en cours de route…)
  • la curiosité et l’imprévisibilité : le joueur a envie de découvrir la suite, il ne sait pas ce qu’il va se passer
  • le social : le joueur est motivé par le travail en collaboration ou la compétition
  • l’empowerment : le jouer améliore ses capacités (grâce aux feedbacks) et sa créativité.

Ainsi, pour que la gamification soit optimale, il faut que l’activité pédagogique s’appuie sur ces 8 motivations.

Les intérêts de la gamification dans une parcours pédagogique sont multiples :

  • à court terme : elle permet de motiver l’apprenant avec l’utilisation des points, des récompenses, des niveaux à atteindre ou encore des tableaux de classement…
  • à long terme : elle permet d’entretenir la motivation grâce aux mécaniques propres au jeu (plaisir de jouer, autonomie, apprentissage, émotions…).

Enfin, la gamification permet également de personnaliser l’apprentissage, dédramatiser l’erreur (plusieurs chances possibles), constater sa progression, favoriser l’entraide et les échanges (jeu en groupe), développer l’autonomie, la persévérance…

Ainsi, la gamification et la pédagogie ont de nombreux avantages à être utilisées l’une au service de l’autre. La gamification permet en effet d’apporter un nouveau souffle à la pédagogie. Par le biais de la motivation, la gamification favorise l’engagement de l’apprenant au coeur de son apprentissage.
Par ailleurs, dans le monde médical, les Serious game sont de plus en plus utilisés, notamment pour former le personnel soignant.

Retrouvez-nos solutions afin de proposer un apprentissage efficient !